Charte sanitaire : hygiène, prévention et protection COVID-19

Stéphane Bihan

Médecin Généraliste

Je suis intimement convaincu que le rôle d’un médecin-généraliste est de fournir le meilleur diagnostic afin de retrouver l’étiologie de la maladie, c’est-à-dire ses causes profondes. Et selon moi, les rapports humains - connaître la personnalité des patients, leur milieu de vie, leurs craintes, leurs aspirations - constituent les fondamentaux de sa mission. Ils accréditent aussi l’hypothèse que, tous autant que nous sommes, avons des trajectoires singulières.

Comme en témoigne d’ailleurs mon propre parcours professionnel. Mes diverses expériences en tant que médecin de ville, de campagne, de montagne, de médecin rattaché au SAMU et surtout actuellement en qualité de médecin d’assistance confortent l’idée qu’en terme de santé, nous devons toujours faire preuve de bienveillance et se garder des préjugés.

Très sensible à la quête du bonheur personnel, je suis ouvert à ce que l’on nomme la « médecine intégrative. » Je n’oppose donc pas l’allopathie à la médecine alternative. Au contraire, je m’efforce d’aiguiller au mieux mes patients en rationalisant leur parcours de soin. De ce point de vue, je suis partisan de la télé-médecine. A condition, bien entendu, qu’elle soit adaptée à leurs besoins, efficace dans la durée et qu’elle ne se substitue pas aux consultations traditionnelles.

  • Médecin
  • Généraliste
  • Télé-médecine
  • Diagnostic