Charte sanitaire : hygiène, prévention et protection COVID-19

Sarah Edoire

Gestalt thérapeute

La Gestalt, thérapie du lien dans toutes ses acceptions, s’inscrit dans un courant humaniste et existentiel. Elle prône non seulement une approche globale - les sphères émotives, corporelles et relationnelles forment un tout interconnecté - mais revendique aussi un travail sur l’ « ici et le maintenant », considérant que le présent contient le passé.

Mon rôle est de remettre de la fluidité là où il y a rigidité.

En s’impliquant personnellement mais toujours sans jugement, le psychothérapeute tisse ce fameux lien avec la personne qu’il a face à lui. Commence alors un engagement à double sens, un travail de réciprocité basé sur des relations de confiance.

Car si la Gestalt permet de débloquer des situations, de développer des capacités enfouies et, de manière générale, de mieux se connaître. Elle permet aussi d’accompagner les personnes qui traversent des périodes douloureuses - un divorce, un deuil, une certaine forme de violence, une dépendance, des difficultés scolaires - qui peuvent être à l’origine de troubles anxieux. La thérapie commence donc par une prise de conscience. C’est le renouveau qui va permettre d’avancer. En expérimentant les zones sensibles, le thérapeute va provoquer une prise de conscience salutaire et permettre au sujet de reprendre les rênes de sa vie.

  • Gestalt
  • Psychothérapie
  • Lien
  • Relations humaines